Louis Tran-Klopp (DUY)

  • Bonjour Louis, peux-tu te présenter en quelques mots ?

    Bonjour, je m’appelle Louis Tran-Klopp, j’ai 36 ans, je suis géographe-urbaniste.

  • Quel est ton parcours au sein du Conservatoire de l'Eurométropole de Metz ?

    J’ai commencé la musique au sein de l’école de musique de Saint-Julien-lès-Metz où mon choix s’est porté sur le violoncelle. J’ai intégré ensuite les classes à Horaires Aménagées du collège Taison puis la filière F11 (actuellement S2TMD) du Lycée Fabert. Je suis un pur produit CHAM : mon professeur de violoncelle était Jean-Charles Rougier. J’ai obtenu mon Certificat d’Études Musicales au CRR en même temps que mon baccalauréat. J’ai ensuite poursuivi des études d’Éducateur Spécialisé à l’IRTS de Lorraine où j’ai obtenu mon Diplôme d’État. J’ai ensuite quitté Metz pour Lyon pour y vivre mes premières expériences professionnelles. À l’âge de 25 ans, j’ai décidé de changer de voie professionnelle, l’envie de faire des plus hautes études m’animait. L’envie aussi d’une ouverture culturelle et géographique. J’ai donc repris mes études et j’ai entamé des études de géographie. J’ai obtenu une licence et un master en études urbaines à l’Université Lyon 2. Durant toute cette période, la musique ne m’a pas quitté. J’ai intégré l’ENM de Villeurbanne où j’ai rencontré un super prof de violoncelle, Jean-Sébastien Barbey, j’ai pu appréhender et connaître d’autres esthétiques et courants musicaux, notamment l’improvisation. Dans le cadre de mes études j’ai aussi vécu au Québec durant 1 ans : une année riche en humanité, en rencontres où j’ai pu vivre un épanouissement universitaire intense.
    Je suis revenu à Metz en 2020 et je travaille actuellement au sein de la Collectivité de l’Eurométropole de Metz après avoir travaillé dans un bureau d’études au Luxembourg en tant qu’urbaniste dans la construction.
    Durant le temps libre grâce au confinement, je me suis intéressé au RAP et cela de manière assez intensive. Je suis un passionné ! J’aime aller jusqu’au bout des choses ! J’avais envie de découvrir ce courant artistique de manière autodidacte. Mon retour à Metz m’a permis également de retrouver mes amis musiciens de la région qui m’ont aidé aussi dans cette immersion dans le rap. J’ai donc écrit un 1er album (Péril Jaune) avec pour nom de scène DUY.

  • Qu’est-ce que ça t’apporte le rap et de monter sur scène ?

    Un engagement profond, une manière de fédérer autour de moi, puisque je travaille avec mes amis musiciens dont notamment Leslie Kaci à la composition et l’interprétation des mélodies de piano ainsi qu’au chants chœurs et Crakk Tempo (Arthur Schiltz) à la composition et au mix. Sans eux rien ne serait possible ! Ils m’apportent également en enrichissant ma stratégie en termes de direction artistique
    Le rap c’est pour moi aussi une véritable thérapie : c’est de la Rap Thérapie, une sorte d’introspection et d’émotion liée à mon histoire personnelle et de lecture du monde. Une décharge émotionnelle et musicale. 
    Et mes études au conservatoire m’ont aidé à rentrer et découvrir cette esthétique : j’avais certains codes ainsi qu’un certain langage musical, j’en ai appris de nouveaux et j’ai allié le tout pour créer mon univers.

  • Ton meilleur souvenir au CRR ?

    Il y en a deux : 
    - Les concerts à l’Arsenal : je faisais partie de l’Orchestre A dirigé par Jean-Philippe Navarre. Un concert m’a beaucoup marqué, c’est celui lors de l’interprétation d’une œuvre de Sibelius. Pour moi, le chef d’orchestre nous avait emmené jusqu’au bout de l’excellence.
    - L’ambiance du CRR : se retrouver sur le muret devant le bâtiment avec mes amis. Des moments simples et partagés durant les intercours mais mémorables ! Pour nous tous, le CRR c’était notre deuxième maison !

  • Ton pire souvenir ?

    Lors d’une audition qui était assez décisive pour mon parcours, je n’avais pas appris mon morceau par cœur alors que je le connaissais bien et le jury m’a demandé de jouer par cœur de façon inattendue. J’ai ressenti un sentiment d’échec et d’impuissance.

  • Ta principale qualité ?

    Mon ouverture vers les autres, le sens du partage, la fédération des talents autour de mes projets. 

  • Ton pire défaut ?

    La difficulté à gérer mes émotions, j’ai quelques fois du mal à prendre du recul sur certaines situations.

  • Ton actualité ?

    Le projet en lien avec le CRR de l'Eurométropole de Metz : la soirée Rap & Jazz du 4 mai 2023 à la BAM de 20h30 à 22h. C'est un projet porté par EAST Phare qui réunit 8 rappeurs-ses (dont moi-même !) et le Big Band du Conservatoire, sous la direction de Damien Prud’homme. C’est l’occasion de réunir deux courants esthétiques musicaux et deux types de publics différents avec des savoir-faire différents. Une ouverture culturelle pour chacun et l’occasion de se produire sur scène pour ces 8 rappeurs qui ont chacun composé les paroles et musique de leur œuvres (avec des arrangements pour big band de Damien Prud’homme).
    Cette expérience a été également positive pour ces rappeurs qui n’avaient jamais franchi la porte du conservatoire et qui ont pu découvrir cette école et ses élèves ! Je suis heureux et fier de contribuer à familiariser le CRR avec le RAP !

  • C’est quoi EAST Phare ?

    C’est une association à vocation culturelle dont je suis Président et Chef de Projets. Œuvrant tel un facilitateur de projets innovants selon les principes de la transversalité, la synergie et l’inclusivité, EAST phare se définit comme une Fabrique Culturelle et Citoyenne. Nos objectifs étant d’aboutir à la création d’un tiers-lieu culturel ouvert sur son territoire et jouer le rôle d’une interface dans le milieu culturel messin, en incubant des projets à fortes dimensions pédagogiques et participatives. Investis à créer du lien par des actions citoyennes et innovantes, nous visons le partage des savoirs et cultures.

    Pour cette première édition du Rap&Jazz d’EAST Phare, nous avons également développé « l’Atelier d’EAST Phare », dans le cadre duquel nous réalisons un projet pédagogique en résidence à la BAM autour de l’écriture, la création musicale et le rapport à la scène. A cet effet, Kultur’a’Vibes animent, avec les 8 rappeurs-ses de l’équipe-projet, cette première édition de l’Atelier d’EAST Phare. Ce projet est réalisé en collaboration avec le CMSEA et l’Association Apsis Emergeance.
    L’Atelier d’EAST Phare permettra d’identifier des jeunes qui ont le désir de participer à une future édition du Rap&Jazz. EAST Phare engagera alors avec ceux-ci un travail d’accompagnement long pour qu’ils puissent, eux aussi, prendre part au Rap&Jazz d’EAST Phare.

  • Quel serait le conservatoire de demain pour toi ?

    Une structure qui forme les jeunes de demain, et cela sur tous les points de vue : musical, artistique, humain, en gardant à l’esprit une idée qui m’a toujours animé : « Comment mener sa vie avec Art ? ». Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je suis musicien, à proprement parler, ou encore un artiste évoluant vraiment dans le domaine de la culture. Je ne suis pas un acteur qui œuvre directement pour l’inclusivité et la citoyenneté. Je pense que je suis au milieu de tout ça et j’essaie d’impulser et de porter des projets qui m’animent, avec une lecture globale des choses ! Et c’est comme ça que j’ai l’impression de mener ma vie avec art, en valorisant toujours toutes mes expériences, qui j’en suis persuadé, ont façonné ma personnalité. La musique en est un axe majeur. 
    Selon moi, le conservatoire, à l’instar d’autres institutions d’éducation, participe à la caractérisation des élèves qu’il éduque et pas seulement dans la musique. Je ne vois donc pas le conservatoire uniquement comme une fabrique de musiciens, car ça il le fait très bien depuis le début, et ça continuera quoi qu’il advienne. Je vois le conservatoire de demain comme un lieu d’échange et de diffusion qui sait s’adapter, à la portée de chacun de ses élèves.

  • Un conseil pour nos jeunes élèves ?

    Prenez tout ce que vous avez à prendre : la discipline, le plaisir de la musique et les expériences. Tout est bon à prendre dans les apprentissages et je dirais même, beaucoup de choses auxquelles vous ne vous attendez pas !


Photo : Louis Tran-Klopp (DUY)

Interview réalisée en avril 2023

Dernière mise à jour le 12 juillet 2023

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Agenda

88 résultats

Filtrer les résultats
Thématiques

Aucun résultat ne correspond à votre recherche, essayez de modifier les critères de recherche.